10/08/2009

Pauvre Déchet Blanc/Ecume de la Terre

(376px × 584px)

SCUM of the EARTH
aka
POOR WHITE TRASH 2
de S.F. Brownrigg (1974)
Casting: Norma Moore, Gene Ross, Ann Stafford, Camilla Carr, Charlie Dell, Joel Colodner.
Synopsis: Fraichement arrivée sur son lieu de vacances, Helen Fraser retrouve son mari assassiné, une hache plantée dans le torse. Elle s'enfuit dans la forêt et tombe sur Pick un gros blaireau chelou qui l'emmène chez lui, ou vivent également: sa jeune femme enceinte, son fils attardé et sa fille un peu chaudasse. Le mystérieux meurtrier rôde toujours et Helen va devoir résister aux assauts de Pick si elle ne veut pas finir comme les membres de la famille qui meurent les uns après les autres.
Le Film: Dans le milieu des films indépendants ricains des seventies, S.F. Brownrigg peut au moins se vanter d'avoir un style propre et de tirer de ses maigres budgets des œuvres un peu au dessus de la moyenne avec une ambiance souvent bien malsaine.
Son titre de gloire étant Don't Go in the Basement (1973), qui se déroulait dans un asile psychiatrique, et dont on retrouve les principaux acteurs ici et dans la plupart de ces films. Un peu une histoire de potes, et compte tenu de leur jeu plus que décent, il n'a peut être pas eu tort.
En effet contrairement à bien d'autres petites productions, les acteurs souvent crédibles arrivent à rendre les longues plages parlées supportables et leur personnages crédibles. Et comme les situations scabreuses abondent dans les films de Brownrigg, elles n'en sont que plus dérangeantes (toutes proportions gardées).
Il y a bien des invraisemblances, comme toujours mais le refus d'utiliser des clichés éculés, l'emporte et rajoute au capital sympathie de ses œuvrettes.
Il s'attaque cette fois ci à la "Hicksploitation", avec une famille de beaufs de la forêt dégénérée à mettre au catalogue.
La salopette est de mise évidement, on boit de l'alcool frelaté dans des bocaux, un fils débile (pourtant pas de trace d'inceste dans celui la, je parle du film), un viol (en dessous d'un nid de concons) et on mange de l'opossum.
L'originalité c'est qu'ici le tueur est à l'extérieur, et que bien que Pick soit potentiellement (jusqu'à ce que...) dangereux, il doit également faire face à ce semeur de troubles.
OK, après le premier meurtre c'est l'accalmie pendant une bonne heure, mais la tension s'installe jusqu'au moment fatidique ou Pick craque. Le fait qu'Helen ne tente pas grand chose est un peu étrange mais les meurtres se succédant ensuite, cela reste acceptable au vu du danger couru par quiconque met le nez dehors.
La révélation finale de l'identité de l'empêcheur de violer en rond est totalement gratuite, puisqu'on ne l'avait pas vu précédemment et que par conséquent, n'importe quelle explication était possible.
Pour une fois l'image hyper sadique et attirante de la jaquette (Anglaise) vient réellement du film, contrairement au titre POOR WHITE TRASH 2, qui nous amène à penser qu'il y a une connexion avec un film nommé POOR WHITE TRASH. En effet le sus nommé était déjà un retitrage (et remontage) abusif de Bayou (1957), avec Peter Graves (de Mission impossible) et le génial Timothy Carey. Le seul lien étant qu'ils se passent plus ou moins en forêt et opposent citadins et cajuns (ou similaires).

En résumé, un peu de gore très bref, un mélange entre slasher et hicksploitation plutôt rafraichissant, on a vu bien pire. Une petite réhabilitation de ce métrage s'impose, au même titre que celle de son réalisateur trop peu connu.
Ces 2 autres titres dans le domaine de l'horreur sont:
Don't open the Door (1975) et Keep My Grave open (1976).
Ce dernier est le seul disponible en France sous le titre "Ne refermez pas ma tombe", en DVD chez PVB Edition, ou en VHS chez LCJ. C'est hélas le plus faible de tous.


Disponibilité: En VHS uniquement en VO. NTSC ou PAL.
(376px × 583px)

Bande Annonce (V.O)


(534px × 510px)


Quand Sarah (Camilla Carr) sort,
elle mets une petite culotte.
Enfin, une grosse culotte.

Pas si mal élevée que ça finalement.

Ha si!

Note: Pour rigoler (oui j'aime rigoler), le titre de cette chronique est une traduction littérale des deux titres du film. Bien sur ça ne veut rien dire du tout.
Pour ceux qui n'ont pas écouté à l'école, n'y sont pas allé ou s'en foutent complètement, une petite traduction:
SCUM OF THE EARTH
désigne ce que l'on appellerais chez nous:
"Le Rebut de la société".
POOR WHITE TRASH
pourrait se traduire par "Pauvre ratée Blanche".
Voir la définition de White Trash . (cliquez)

(470px × 625px)

Ne pas le confondre avec le plus récent:

qui date de 2000, et qui n'est pas terrible.

3 commentaires:

Scandy Tangerine Man a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Scandy Tangerine Man a dit…

One of my all-time nasty faves!!

otto rivers a dit…

Yeah, a completly underrated flick.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...